Tags Articles avec les TAGS "casques de ski"

casques de ski

0 1122

La fin de l’hiver approchant, les déstockages de matériel se font de plus en plus nombreux. Mais que peut-on vraiment trouver ? Les bonnes affaires sont-elles au rendez-vous ?

Chaque hiver, une fois les soldes passées, les magasins et surtout les sites de vente multiplient les opérations de déstockage. Cependant, l’image du magasin de station qui liquide ses stocks vieux de 5 ans leur colle à la peau. Pourtant, l’on peut trouver des produits très intéressants.

Ne pas garder les produits de la saison en cours

Pour beaucoup de commerçants, physiques ou en ligne, l’objectif des déstockages est d’écouler les stocks de produits de la saison en cours. En réussissant à vider leurs stocks, les commerçants peuvent ainsi partir la saison suivante avec un stock propre et ainsi acheter des quantités raisonnables de produits de la nouvelle saison.
C’est pourquoi, il est fréquent de trouver des déstockages de produits de la saison en cours dès le mois de Mars. Ces produits, en excellent état et n’ayant donc pas vieilli, sont généralement proposés avec des réductions comprises entre 30 et 50%.
Sur les produits millésimés, c’est à dire dont le look change d’une année sur l’autre, les réductions peuvent être encore plus intéressantes, la risque de voir le produit rester en stock pendant plusieurs années étant alors plus important.

Les bons coups

En changeant de logo, Electric a du destocker de nombreux masques de ski
En changeant de logo, Electric a du destocker de nombreux masques de ski

Les fins de saison ne sont pas les seules raisons pour proposer des produits à prix cassés. De nombreux sites internet proposent ainsi dès le mois de Décembre des masques de ski, des casques de ski ou des vêtements à des prix très intéressants. Ces produits ont généralement été achetés au cours de l’année auprès des importateurs qui cherchent eux aussi à vider leurs stocks de produits des saisons écoulés. Parfois, les produits ont pris un coup de vieux visuellement (coloris dépassés entre autres), mais certaines couleurs intemporelles comme le noir ou le blanc vieillissent bien. Ainsi, un masque de ski normalement vendu 150€ pourra être vendu aux alentours de 60€, sans qu’il s’agisse pour autant de marchandise déclassée ou en mauvais état.
Certains facteurs peuvent également favoriser les déstockages forcés chez les marques. En changeant de logo, Electric s’est retrouvé avec un stock important de masques de ski griffé du mauvais logo. Impossible pour eux donc de réintégrer ces produits dans leur catalogue. Ainsi, des centaines de masques Electric ont été vendus à prix cassés et sont aujourd’hui proposés à des tarifs très intéressants chez les commerçants.

Les déstockages ont encore hélas mauvaise presse. Les personnes ayant peur de tomber sur des produits déclassés, vieux, en mauvais état sont nombreuses. Pourtant, en ces temps de crise économique, les déstockages mettent à la portée de tous des produits hauts de gamme. Profiter d’un masque de ski, d’un casque et de tous les autres accessoires à -50% dès le mois de Décembre est une aubaine pour tous. Peut-être est-ce là une solution pour skier à petit prix.

Un seul casque pour faire du VTT, du ski, de la randonnée, c’est la promesse des casques multi activité. Mais que valent-ils vraiment ? Cette polyvalence n’entame-t-elle pas les performances ? Décryptons ce nouveau phénomène du sport de montagne.

 Le principe

La législation qui régit les équipements de protection est particulière. En effet, chaque modèle de casque doit être certifié pour une activité donnée (le ski, l’équitation, les protections de chantier, etc.). Mais depuis quelques années, les fabricants de casques de sport cherchent à créer des casques avec plusieurs certifications, permettant de conserver le même casque pour toutes les activités sportives. Le plus souvent, ils parviennent à faire certifier leur casque pour le ski, le vélo et l’alpinisme, les tests pour ces catégories ayant pratiquement les mêmes exigences.
Le défi consiste ensuite à rendre le casque confortable dans chaque activité à laquelle il se destine. Et là, chaque marque applique une recette différente : oreillettes amovibles ou ventilations refermables.
Un casque trop chaud ne sera pas adapté à un usage en VTT ou en escalade. Au contraire, un casque trop aéré ne sera pas adapté à la pratique des sports d’hiver.

2 modèles incontournables

Cébé Trilogy

eexemple_de_montage_cebe_trilogyS’il est bien un casque multi activité à prendre au sérieux, c’est le Cébé Trilogy. Il fut en effet le premier casque adapté à la pratique du ski, du VTT et de l’alpinisme. Cébé à utilisé un système d’éléments amovibles pour rendre le Trilogy compatible avec ces trois disciplines : des grilles de ventilation, les oreillettes et une visière. Pour skier, vous apprécierez la ventilation régulée par les grilles et les oreillettes souples et chaudes. Pour le transformer en casque VTT, il suffit d’enlever les oreillettes, les grilles de ventilation et d’installer la visière. Enfin, enlevez les grilles de ventilation, les oreillettes et la visière pour avoir un vrai casque d’alpinisme.

 

Scott Couloir

scott couloirLe Scott Couloir possède la double certification Ski et ski / alpinisme. S’il est d’abord utilisé comme un casque de ski, il saura également s’adapter à l’alpinisme, à l’escalade et à la cascade de glace.
Sa prédilection pour les sports de montagne se voit à son équipement : ventilation performante, clip pour lampe frontale et système de maintien du masque de ski.
Contrairement au Cébé, les options de personnalisation sont moins nombreuses. Ici, pas de visière ou de grilles de ventilation amovibles mais une doublure interne modulable et des oreillettes souples amovibles.

Il existe bien d’autres modèles multi activités (K2 Route, POC Receptor +, etc.), ayant tous des avantages et des inconvénients. Toutefois, ces deux là nous ont semblé les plus intéressants pour ceux qui privilégient les sports d’hiver. Si vous n’êtes pas de ceux-là, Protec, POC ou Petzl proposent des produits également très aboutis que nous vous présenteront prochainement.

0 1675

Sauts, figures, rampes, les casques de ski freestyle sont soumis à des contraintes bien supérieures aux casques de ski standards. Mieux vaut alors bien le choisir au moment d’acheter.

 

Le freestyle est une discipline à part dans le milieu du ski. Elle obéit à ses propres règles, les riders sont habillés d’une manière particulière et le matériel est très spécifique. Parmi l’équipement de base de tous les freestylers figure le casque de ski, seule protection pour la tête en cas de chute. Mais pour supporter les contraintes liées aux chocs violents et répétés, les casques de freestyle doivent être particulièrement résistants.

Le type de fabrication

GIRO COMBYNIl existe deux méthode pour fabriquer un casque de ski : l’in-mold et le hardshell. La première consiste à faire fusionner une couche fine de plastique avec le polystyrène servant de protection. La seconde consiste à coller une coque en plastique ABS rigide sur une épaisseur de polystyrène. Bien que l’in-Mold soit aujourd’hui la méthode la plus répandue, car elle permet un gain de poids important et une meilleure ventilation, les casques de freestyle sont la plupart du temps de type Hardshell. Cette méthode de fabrication permet en effet d’obtenir des casques plus résistants aux impacts violents comme une chute d’une hauteur élevée ou contre un élément métallique (barre de jib, barrière CRS, etc.). Mais les casques Hard Shell doivent également être endurants, être capables de supporter de nombreuses chutes de faible puissance. Le freestyle impose effectivement des chutes à répétition causées par les entrainements.

Pour offrir encore plus de longévité, Giro à travaillé pendant plusieurs années sur un concept de casque souple. Le polystyrène et le plastique ABS ont été remplacés par des matériaux souples, capables de se déformer légèrement en cas de chute. En plus d’absorber de manière plus efficace l’énergie inhérente à la chute, ce nouveau procédé garantit que le casque ne se fissurera pas, même en étant soumis à des forces très élevées. Ce nouveau procédé baptisé Soft Shell est présent sur les modèles Giro Combyn et Discord.

La forme

Les casques de freestyle sont reconnaissables à leur forme, parfaitement ronde. Appelée chez « bol », elle est appelée Bomb Shell outre atlantique. D’abord utilisée dans le milieu du skateboard, elle s’est fait une place dans le snowboard freestyle puis dans le ski.
Mais au delà du look, cette forme est en partie imputable au nombre très faible de ventilations des casques de freestyle. Il faut dire que chaque trou pratiqué dans la coque du casque nuit à sa solidité, c’est pourquoi les freestylers doivent accepter d’avoir dans le casque.

Dans un souci de sécurité maximale, les casques de freestyle sont dépourvus de système de réglage de la taille, ces derniers pouvant entrer en contact avec la nuque et surtout gêner le skieur. Le réglage de la taille se fait alors « à l’ancienne » avec des mousses de différentes épaisseurs à installer dans le casque.

 

Les modèles phares

product_viewParmi tous les modèles disponibles aujourd’hui sur le marché, certains ont plus retenu notre attention que d’autres. C’est par exemple le cas du Giro Combyn dont nous avons évoqué la construction souple Soft Shell. Malgré un prix assez élevé, ce casque a de sérieux atouts comme son confort, car la coque déformable s’adapte à la forme du crâne, ou son extraordinaire longévité en comparaison des autres casques du marché.
Le Receptor Bug de POC, porté entre autres par Tanner Hall n’est pas commun non plus. Il est construit avec deux coques en plastique dure, séparées de quelques millimètres et connectées par des pontets. Cette double coque améliore la rigidité ainsi que la résistance du casque en cas de chute tout en permettant à l’air de s’engouffrer entre les deux coques pour une meilleure ventilation.
Le Bern Macon est une référence que l’on peut omettre de citer lorsqu’il est question de casques freestyle. bern-macon-eps-matte-black-rasta-m2ebkrVéritable légende du milieu, ce casque a équipé les plus grands freestylers de l’histoire. Simple et efficace, il ne craint rien, pas même les chutes. Il s’agit certainement de l’un des casques les plus endurants du marché, exception faite du Giro Combyn.

Beaucoup d’autres modèles existent, comme le Scott Scream ou le Salomon Hacker, tous capables de vous protéger en cas de chute dans un snow park. Il ne vous reste plus qu’àa vous décider en fonction de la couleur que vous souhaitez, et bien entendu de votre budget.

0 1849
Un masque de ski

Ventilation, construction, finition, tous ces éléments font grimper les prix des casques de ski. Pour autant, il est possible de trouver de très bons modèles pour moins de 70€.

Protection de la tête et confort ne riment pas forcément avec dépense dispendieuse. Si votre niveau sur les skis ou le nombre de sorties dans la saison ne justifie pas un investissement élevé en matériel, ce n’est pas un problème. Toutes les marques proposent aujourd’hui des casques à des prix planchers possédant les mêmes certifications que les modèles beaucoup plus chers. Mais que peut-on vraiment s’attendre à trouver pour moins de 70€ ?

Pourquoi certains casques sont-ils plus chers ?

bolle-nirvana-soft-black-flower-30381
Bollé, mais aussi K2, Diezz ou Santa Cruz ont utilisé le moule du Nirvana

De nombreuses raisons permettent d’expliquer les différences de prix entre plusieurs casques, même au sein d’une même marque. Les innovations sont souvent évoquées pour justifier les prix de vente de certains produits. Et pour cause, certaines innovations n’appartiennent pas aux fabricants de casques. MIPS, un système de roulements permettant d’éviter la rotation du cerveau dans la boîte crânienne, appartient à une société indépendante. Son installation sur un casque implique un surcoût qui sera souvent répercuté sur le prix final. Il en est de même avec le système Custom Air fabriqué par Doc Meter et qui équipe les casques Salomon.
Les procédés de fabrication innovants, le niveau d’équipement et la qualité de finition jouent également sur les prix de vente. Autre élément permettant de faire baisser les coûts : l’utilisation de « moules ouverts ». Un casque est fabriqué en injectant du polystyrène et du plastique dans un moule en acier. Le coût de fabrication de ce moule est très élevé, les prix pouvant atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros. Pour diminuer le coût de revient, les marques utilisent parfois des moules ouverts, c’est à dire des moules tombés en désuétude mis à disposition par certains fabricants. On peut ainsi citer le moule du Bollé Nirvana. Après plusieurs années d’exploitation, le moule a été modifié pour donner naissance au Bollé Switch. Mais ce moule modifié à également été mis à la disposition de marques tierces (Santa Cruz, K2, Diezz, etc.). Au final, seules les couleurs et les finitions changeaient.

Un casque cher protège-t-il mieux ?

Pour être vendu en France, un casque de ski doit répondre à un certain nombre de critères. Réunis sous la norme ASTM EN1077, ils évaluent la résistance aux chocs, aux carres, à la perforation et le maintien sur la tête, entre autres. En fonction de leurs résultats, les casques obtiennent une classe: A pour les casques hautes performances et B pour les casques standards. Les casques destinés à la compétition doivent répondre à des critères supplémentaires comme la conformité FIS et la norme ASTM2040.

En résumé, un casque plus cher protègera contre des impacts beaucoup plus violents, que l’on ne rencontre jamais en dehors de la compétition.
Pour moins de 70 euros, à moins d’un déstockage, les casques répondront à la norme ASTM EN1077 de classe B.

Que peut-on trouver pour moins de 70€

cebe-suspense-deluxe-matt-jungle-1320mjAvec un budget de 70€ maximum, il est possible de trouver de très bons casques ayant des caractéristiques intéressantes. Cébé propose par exemple le Suspense Deluxe, un modèle à la construction robuste et au look sobre idéal pour un usage occasionnel. Pour 59€, vous aurez un casque In-Mold, donc léger, avec doublure intérieure amovible et système de réglage de la taille. En revanche, la ventilation réglable n’est pas de la partie.
Le Bollé B-lieve possède les mêmes caractéristiques avec un look légèrement différent. Il est lui aussi vendu au prix de 59€.

Smith, l’un des leaders des casques de ski propose également un casque à 59€ : le mythique Holt. Présent au catalogue depuis maintenant plusieurs années, le Holt continue à écumer les snow parks et les pistes de ski. Quasiment indestructible, il sera l’allié des amateurs de freestyle.

bolle-b-style-soft-blue-30802Pour un budget plus élevé de 10€, soit 69€, vous pourrez vous offrir le Bollé B-Style, véritable légende du milieu. Léger, bien fini et confortable, le B-Style est aujourd’hui l’un des casques les plus vendus d’Europe.
Ce même budget permet également de s’offrir le Cébé Dusk, un modèle de type Hard Shell, donc plus lourd mais plus résistant aux chocs répétés. Sa ventilation efficace, sa visière et son système de réglage de la taille en font un excellent modèle pour les amateurs de freeride.

En plus de ces modèles, les femmes pourront se tourner vers une autre légende : le Rossignol Toxic 2.0, proposé à 59€. Son look résolument féminin, sa conception éprouvée et sa ventilation efficace en font un modèle incontournable pour les skieuses au budget serré.

N’oubliez également pas que vous pouvez trouver de très bonnes affaires en regardant du coté des déstockages. Les marques proposent généralement leurs invendus des saisons précédentes à des prix très bas. Si vous n’êtes pas regardant sur le look, vous trouverez des modèles vendus normalement 25 à 50% plus chers. Une excellente manière de s’offrir un très bon casque de ski pour une somme dérisoire.

 

9 modèles de casques de ski, 8 de masques, pour sa troisième saison, Marker affirme sa volonté de devenir un acteur important sur le marché des accessoires.

Capture d’écran 2015-01-05 à 15.39.55
Marker Phoenix Otis, le haut de gamme des casques Marker

Avant tout connue pour ses fixations de ski, la marque allemande Marker propose pour la troisième saison consécutive une gamme de masques et casques de ski. Comme Salomon et Rossignol avant elle, la marque allemande cherche à équiper le skieur de la tête aux pieds.

Avec leur ventilation efficace, leur poids contenu et leurs innovations, les modèles Phoenix OTIS et Ampire représentent le haut de gamme de la marque allemande. Mais leur look freeride n’étant pas au goût de tous, la gamme a été complétée avec des modèles plus consensuels : Consort, Kent et Clark. Sobres et élégants, ces modèles sont destinés aux skieurs ayant des pratiques plus douces.

Enfin, pour les amateurs de park et de figures tête en bas, Marker a développé deux modèles Hard Shell : Kojak et Kojo.

 

Capture d’écran 2015-01-05 à 16.00.35Pour les masques, Marker s’est concentré sur la création de produits pour tous les styles et surtout toutes les morphologies. Les gros volumes 3D+ OTIS, Big Picture+ et Big Picture conviendront parfaitement à tous les amateurs de masques gros volume. Les visages plus fins se tourneront vers les 16 :9, 16 :9+, Projector+ et Projector. Enfin Marker a pensé à inclure les visages fins et les enfants avec le 4 :3, version miniature du 16 :9.
Les modèles 3D+, Projector+ et 16 :9+ sont tous équipés d’un système de changement rapide de l’écran et sont par conséquent vendus avec deux écrans.

Marker représente un choix judicieux pour tous les skieurs en quête de produits originaux, bien finis et au look non consensuel. Grâce à des prix intéressants compte tenu de la technicité des produits, il y a de grandes chances que les casques et masques Marker se multiplient sur les pistes…et en dehors.

0 2478

Que faire pour entretenir son casque ? Que faut-il faire ou au contraire ne pas faire ? Réponses :

1 / Mettre son casque à sécher sur une surface chaude : NON

Ne mettez jamais votre casque entier à sécher sur une surface chaude. Les différents matériaux pourraient travailler et la protection perdre ainsi de son efficacité. Si votre casque est humide, laissez le simplement
sécher à l’air libre pendant le nuit, il sera de nouveau sec le lendemain.

2 /Nettoyer la garniture intérieure avec une brosse à ongles : OUI

Brosser l’intérieur de son casque avec une brosse à ongles permet de décrocher les différentes particules de peau ou de cheveux qui restent emprisonnées dans le tissu.

3 / Utiliser un spray désinfectant : OUI

Les mauvaises odeurs proviennent dans la plupart des cas de l’accumulation de bactéries. L’utilisation d’un spray désinfectant pour le sport permet de tuer les bactéries et de limiter ainsi les odeurs. Pour encore plus d’efficacité, brossez au préalable l’intérieur du casque.

4 / Utiliser du détergent pour nettoyer la coque externe du casque : NON

Les casques de ski sont fabriqués avec des matériaux fargiles que les détergents peuvent détériorer. Si votre casque est sale, lavez le simplement avec une éponge humide.

5 / Passer en machine les mousses de son casque : NON

Il vaut mieux éviter de laver en machine la garniture intérieure (amovible seulement) de son casque. Un simple trempage dans une bassine d’eau et de lessive permet de nettoyer efficacement les tissus et de faire disparaître les odeurs persistantes.

 

En respectant ces quelques précautions, vous conserverez un casque propre et sain pendant de nombreuses saisons.

Avec un look qui semble sorti d’une caserne de pompiers, les casques à visière rencontrent de plus en plus de succès. Confort inégalé et surtout compatibilité avec les lunettes de vue, ces casques ont vraiment tout pour séduire. Reste à savoir lequel choisir…

Bollé Slide Visor :
Premier casque à visière abordable, le Bollé Slide Visor reste l’une des références en la matière. Le confort du casque, associé à une superbe visière miroitée, est la clé de sa réussite. Le Slide Visor version 2014 se voit doté d’une nouvelle ventilation modulable qui régule la température dans le casque. Une version du Bollé Slide Visor propose une visière photochromique Bollé Modulator, semblable à celle montée sur les masques Bollé.
Il ne manque au Slide Visor qu’une mousse de contour sur le bas de l’écran pour être vraiment indétrônable.

Prix : 159€ (189€ avec visière photochromique)

 

Bollé Osmoz :

Nouveauté pour l’hiver 2013 -2014, le casque de ski Bollé Osmoz est un casque à visière novateur. En effet, au lieu de proposer une simple visière, Bollé a équipé l’Osmoz d’un masque de ski à part entière, qui est fixé sur les côtés du casque. L’adaptation entre le casque et le masque est optimisée de manière à limiter la pression sur le visage et à bloquer les courants d’air qui pourraient atteindre les yeux.

Il est en outre équipé d’une ventilation réglable et d’un tour de tête ajustable pour encore plus de confort. Certainement l’un des meilleurs produits sur le marché.

Prix : 199€

 

Diezz Louna Visière :

Le casque à visière Diezz Louna Visière est la très bonne surprise de la saison 2012 -2013. Très bien fini et hyper bien équipé, il rivalise avec les casques vendues 2 fois son prix. Au menu : ventilation réglable, tour de tête ajustable et visière miroitée, le tout pour 159€.
Qui plus est, le Diezz Louna Visière est équipé d’une mousse de contour située sur la partie inférieure de la visière. Ainsi, même à haute vitesse, seul un très léger filet d’air atteindra les yeux, contrairement au Bollé Slide Visor.

Prix : 159€

 

Uvex HLMT 300 Visor :

Uvex a également son casque à visière : le HLMT 300 Visor. Le constructeur Allemand propose ainsi aux afficionados de la marque un produit dans l’air du temps, très confortable et surtout extrêmement abouti sur le plan technique. Ici, point de fioritures esthétiques mais place au confort et à la technique. L’Uvex HLMT 300 Visor est équipé d’une visière double épaisseur afin de limiter au maximum la formation de buée. mais pas de mousse de contour pourtant si agréable pour éviter les courants d’air au niveau des yeux. En revanche Uvex a eu l’intelligence d’ajouter une lèvre en caoutchouc pour éviter toute blessure en cas de chute.

Enfin, fidèle à sa réputation Uvex a équipé le HLMT 300 Visor d’une molette de réglage de la taille, d’une ventilation réglable et d’une doublure amovible et lavable.

Prix : 199€

 

Dainese V Jet Touch :

Avec le V-Jet Touch, Dainese cherche à transférer son savoir-faire d’équipementier motards, au monde du ski. Le pari est plutôt réussi avec ce casque à la ligne très dynamique et à l’excellent confort. Très simple dans sa construction, ce casque n’embarque ni ventilation réglable ni mousse de contour sur l’écran. Par contre, une fois sur votre tête, le confort est tel que vous ferez fi de ces petits oublis.

Le Dainese V Jet Touch est livré avec une visière de catégorie 4, idéale pour les personnes aux yeux fragiles.

Prix : 169€

 

Tous les freetsylers vous diront que la chute est hélas le prix à payer pour progresser. De leur côté, les fabriquants de casques vous affirmeront qu’un casque qui a chuté est à casque bon à jeter. Eh bien avec le nouveau casque de ski Giro Combyn, cette information n’est plus valable.

Le Giro Combyn appartient à une nouvelle catégorie de casques appelés Soft Shell, des casques souples qui se déforment légèrement sous l’impact. Pour rendre cela possible, Giro à développé une nouvelle matière qui possède les mêmes capacités d’absorption que le polystyrène tout en restant souple comme de la mousse et qui porte le nom de Vinyl Nitrile. Sur le Giro Combyn, deux densités de Vinyl nitrile sont superposées afin de garantir une protection optimale contre tous les chocs, qu’ils soient de faible ou de fort intensité.

Pour offrir un maximum de souplesse au casque, le Vinyl Nitrile est collé sur une coque en ABS souple nouvelle génération. Ce nouveau plastique garantit la même protection que celui utilisé jusqu’à aujourd’hui, la souplesse et la mémoire de forme den plus (le casque reprend toujours sa forme initiale).

En plus de sa résistance à toute épreuve, cette combinaison de matériaux permet au casque de s’adapter à la forme de votre tête, comme le ferait un bonnet. Fini les casques qui compriment l’avant et l’arrière du crâne en laissant un jour de plusieurs millimètres sur les côtés.

Le Giro Combyn est un vrai casque de freestyle, ne vous attendez donc pas à trouver une molette de réglage de la taille ou une ventilation réglable. En revanche, vous apprécierez son profil très bas et son excellente compatibilité avec les masques de ski.

Vous êtes encore dubitatifs ? Rassurez vous, le casque de ski Giro Combyn passe haut la main tous les tests de certifications européens. Il est d’ailleurs le seul à pouvoir tous les passer sans qu’il soit nécessaire de changer de casque entre chaque test…

 

De nos jours, tous les casques de ski haut de gamme proposent un système de réglage de la taille du casque. Pour la plupart des marques, il s’agit d’une molette qui agit sur le diamètre interne du casque via toute une tringlerie. Mais depuis maintenant deux saisons, Salomon propose le système Custom Air (disponible sur les modèles ProphetRangerHacker et Phantom).

Conçu et fabriqué par Docmeter, ce système utilise un coussin d’air qui s’étend de l’arrière du crâne jusqu’au rocher (derrière les oreilles). Une petite pompe manuelle et un bouton de purge sont installés à l’arrière du casque afin de faire varier la pression dans le coussin et donc la taille du casque.
Contrairement aux autres systèmes, le Salomon Custom Air propose une répartition parfaite de la pression sur le crâne ce qui améliore le confort et le maintien du casque sur la tête.

Ce système procure tellement de confort et de maintien que beaucoup de marques feraient bien de s ‘en inspirer !

Avec près de 150 000 accidents recensés tous les ans, le ski est, toute proportion gardée, l’un des sports les plus accidentogènes. Chez les enfants, entorses, contusions et fractures sont les pathologies les plus courantes et fort heureusement elles ne nécessitent que peu de soins. Ce n’est hélas pas le cas des traumatismes crâniens, 4ème accident le plus fréquent sur les pistes.

Lors du choix d’un casque de ski pour enfant, la taille et le look ne sont pas les seuls éléments à prendre compte. Le niveau et la fréquence d’utilisation sont en effet très importants. Un enfant de trois ans qui fait ses premières descentes n’aura pas les même besoins qu’un jeune adolescent qui skie tous les week- ends.
Un débutant ou un skieur occasionnel pourra ainsi s’accommoder d’un casque d’entrée de gamme dépourvu de ventilation réglable et d’éléments de confort comme la doublure épaisse. Dans cette gamme, le Bollé B-Kid semble proposer le meilleur rapport qualité prix.

Si au contraire, votre enfant skie régulièrement, proposez lui un casque de ski plus haut de gamme avec ventilation performante, doublure chaude et surtout amovible (vous pourrez ainsi laver l’intérieur du casque et le maintenir propre et sain pendant plusieurs saisons). Dans cette catégorie, les Scott Keeper ou Giro Slingshot font partie de ce qui se fait mieux sur le marché.

Afin de contrer le sempiternel problème du casque qui est devenu trop petit au bout d’une saison, la quasi totalité des modèles sont équipés de molettes de réglage de la taille. Celles-ci sont placées à l’arrière, au dessus de la nuque et permette de faire varier le diamètre interne du casque. Le casque pourra ainsi être conservé jusqu’à trois saisons sans aucun problème.

Dans le but de maximiser le confort et la protection, le Cébé Twinny est équipé d’un masque de ski conçu pour se fixer sur le côté du casque. Les yeux et le crâne de votre enfant sont ainsi protégés contre toute forme d’agression qui pourrait lui faire détester ses premiers pas sur les pistes.

Enfin, même s’il n’existe pas de modèles pour adolescents, sachez que toutes les marques proposent des modèles de petite taille plus adaptés aux jeunes adultes comme le Salomon Brigade ou le Smith Vantage, par exemple.