Casques

0 2780

Que faire pour entretenir son casque ? Que faut-il faire ou au contraire ne pas faire ? Réponses :

1 / Mettre son casque à sécher sur une surface chaude : NON

Ne mettez jamais votre casque entier à sécher sur une surface chaude. Les différents matériaux pourraient travailler et la protection perdre ainsi de son efficacité. Si votre casque est humide, laissez le simplement
sécher à l’air libre pendant le nuit, il sera de nouveau sec le lendemain.

2 /Nettoyer la garniture intérieure avec une brosse à ongles : OUI

Brosser l’intérieur de son casque avec une brosse à ongles permet de décrocher les différentes particules de peau ou de cheveux qui restent emprisonnées dans le tissu.

3 / Utiliser un spray désinfectant : OUI

Les mauvaises odeurs proviennent dans la plupart des cas de l’accumulation de bactéries. L’utilisation d’un spray désinfectant pour le sport permet de tuer les bactéries et de limiter ainsi les odeurs. Pour encore plus d’efficacité, brossez au préalable l’intérieur du casque.

4 / Utiliser du détergent pour nettoyer la coque externe du casque : NON

Les casques de ski sont fabriqués avec des matériaux fargiles que les détergents peuvent détériorer. Si votre casque est sale, lavez le simplement avec une éponge humide.

5 / Passer en machine les mousses de son casque : NON

Il vaut mieux éviter de laver en machine la garniture intérieure (amovible seulement) de son casque. Un simple trempage dans une bassine d’eau et de lessive permet de nettoyer efficacement les tissus et de faire disparaître les odeurs persistantes.

 

En respectant ces quelques précautions, vous conserverez un casque propre et sain pendant de nombreuses saisons.

Plus besoin de vous embêter avec une lampe frontale mal adaptée aux casques de ski de randonnée, Dynafit propose le Daymaker.

612373

Le Dynafit Daymaker est en effet le premier casque de ski de randonnée équipé d’origine d’une lampe frontale.
Pour sa conception, Dynafit s’est rapproché de BMW afin de concevoir un bloc en aluminium abritant 4 leds. Ce choix n’est pas anodin, l’aluminium étant un métal avec une excellente diffusion de la chaleur. Ainsi, vous n’aurez pas à craindre que votre casque ne souffre de la chaleur générée par les leds.
Les 4 leds utilisées sur le Dynafit Daymaker permettent de générer un faisceau lumineux de 1 000 lumens, réglable selon 4 modes :

– Montée standard
– Montée high
– Descente standard
– Descente high

Concernant l’autonomie, rien à craindre puisque le Daymaker vous assure 4 heures d’autonomie (3 heures en montée standard + 1 heure en descente standard). Et si jamais la batterie devient faible, le casque passe automatiquement en position « montée standard » pour vous permettre de skier encore 1 heure avec éclairage.

Vous pouvez aussi enlever la lampe frontale et utiliser votre casque normalement, pour les courses journée par exemple.

En voilà un beau cadeau de noël pour les amateurs de ski de randonnée.

D’abord perçu comme un gadget supplémentaire pour skieurs fortunés, le casque à visière intégrée est devenu un véritable phénomène de mode. Les marques rivalisent aujourd’hui d’ingéniosité pour proposer des modèles sans cesse plus performants et confortables afin d’améliorer l’expérience utilisateur. Mais qu’en est-il réellement ? Ces casques sont-ils des concurrents au duo masque + casque de ski ?

 

Les origines du phénomène

Pour trouver le premier casque à visière couronné de succès, il faut se tourner du côté de la marque HMR. Pionnière sur le secteur, cette marque italienne a rapidement orienté ses produits vers le haut de gamme. Matières nobles (fibres de carbone, cuir), écrans hauts de gamme et tarifs exorbitants, ces casques étaient avant tout destinés à une population aisée.
Quelques années plus tard, en 2010, Bollé sort le Slide Visor, un casque à visière abordable et vendu avec deux écrans. En dépit d’une finition et d’un équipement laissant à désirer, le succès fut immédiatement au rendez-vous. A tel point qu’il était difficile d’en trouver un dès le mois de janvier 2010.

 

Une offre variée

Aujourd’hui, l’offre de casques de ski à visière s’est considérablement élargie. Les modèles disponibles possèdent tous une identité qui leur est propre avec des caractéristiques dignes de casques hauts de gamme. Les prix ont également été revus à la baisse afin de rendre ces casques accessibles à la plupart des skieurs.

E-Ben Mag a sélectionné pour vous 5 modèles parmi les plus intéressants du marché.

 

Bollé Backline Visor

bolle-backline-visorLe Bollé Slide Visor commençant à dater un peu visuellement et au niveau de ses caractéristiques, Bollé a lancé pour l’hiver 2014 – 2015 le Bollé Backline Visor, une évolution du Backline standard. Pour refaire son retard, Bollé est parti d’un modèle équipé d’une coque In-Mold (fusion de la coque ABS dure avec le polystyrène interne) et d’une ventilation réglable à deux positions. On note également la présence d’une mousse de contour sur le bas de l’écran pour limiter les turbulences au niveau des yeux.

Proposé à 189€, le Bollé Backline Visor propose l’un des meilleurs rapports qualité prix du marché, d’autant plus qu’il est vendu avec deux écrans, pour le beau et le mauvais temps.

 

Diezz Shinning

diezz-shinning-visiere-black-55010bcLa marque française Diezz propose une large gamme de casques à visière pour tous les budgets. Avec le Diezz Shinning, les Annéciens de Diezz s’attaquent aux casques In-Mold hauts de gamme. Une construction In-Mold faisant la part belle à la ventilation, un écran de catégorie 3 et une molette de réglage de la taille, Diezz cherche clairement à concurrencer les casques les plus performants du marché. Avec un prix raisonnable de 179 euros, ce casque à de sérieux arguments pour séduire les skieurs de tous niveaux.

 

Diezz Iguana

diezz-iguana-visiere-blanc-brillant-56010wA l’autre bout de la gamme Diezz se trouve l’Iguana, le modèle d’entrée de gamme. En dépit de son prix de vente très accessible (139€) pour ce type de produit, le Diezz Iguana est entièrement fabriqué en Italie et possède une molette de réglage de la taille ainsi qu’une ventilation performante. Un choix judicieux pour les skieurs souhaitant s’affranchir des lunettes de soleil ou du masque sans avoir à trop débourser.

 

Bollé Osmoz

bolle-osmozLe Bollé Osmoz n’est pas un casque à visière à proprement parler. En effet, il tient plus du casque avec masque de ski intégré. L‘écran est ici fixé sur une monture, avec mousse de contour, comme pour un masque de ski standard. En revanche, la fixation du masque sur le casque se fait avec deux fixations mobiles qui permettent de lever ou d’abaisser l’écran. Un produit intéressant qui s’adressent à ceux qui veulent conserver le look masque + casque.

 

Dainese Visor Soft et Visor Flex

dainese-vizor-soft-blue-ocean-black-matt-4840208-r85Dainese est une figure incontournable des protections pour sports motorisés. Mais au fil des ans, leur catalogue de produits dédiés au ski ne cesse de croître. Après un premier modèle réussi (le V-Jet), Dainese revient à la charge avec les Dainese Visor Soft (version avec oreillettes souples) et Visor Flex (version avec oreillettes rigides). Ici, l’accent a été mis sur la ventilation grâce à un insert en nid d’abeille sur le haut du casque qui améliore la circulation de l’air dans le casque. Livré avec deux visières, l’une de catégorie 3 pour le beau temps et l’autre de catégorie 1 pour le mauvais temps et proposé au prix de 149€ (159€ pour la version avec oreillettes rigides), le Dainese Visor Soft est une excellente alternative aux autres modèles.

 

D’abord réservés aux porteurs de lunettes, les casques à visière séduisent un public de plus en plus large et jeune. Performances et look sont travaillés pour être en accord avec les exigences d’un public large, composé de skieurs expérimentés comme néophytes. Alors cet hiver, si vous envisagez de changer de casques, penchez-vous sur ces casques nouvelle génération dont le look est peut être particulier, mais le confort tellement appréciable.

En plus de ses deux nouveaux masques, Smith Optics lance deux nouveaux casques pour la saison 2014 – 2015 : le Camber et le Compass. Pour être précis, il s’agit d’un seul modèle décliné en versions féminine et masculine comme Smith à l’habitude de le faire.

Pour les fabriquer, Smith utilise un nouveau procédé d’in-molding (fusion du polystyrène et du plastique) permettant d’améliorer la ventilation et de réduire le volume et par conséquent le poids. Ces nouveaux casques ne pèsent en effet que 400 grammes en taille M, soit un poids très contenu pour un casque de ski.

La ventilation est assurée par 20 aérations dont une de taille impressionnante située de chaque côté de la tête.
Niveau équipement, Smith a pioché dans son imposant catalogue de composants pour équiper les Camber et Compass de ce qui se fait de mieux : molette de réglage de la taille, ventilation réglable, doublure intérieure X-Static (anti bactérienne et donc anti odeurs) et oreillette Snap-fit compatibles avec les écouteurs Skull Candy

Les Smith Camber et Compass sont disponibles en 3 tailles : S (51 – 55cm), M (55cm – 59cm) et L (59 – 63cm). Autant dire que tout le monde devrait pouvoir tester ce très prometteur nouveau modèle.

Disponible dès le mois de Décembre sur www.metstoncasque.com

 

 

 

Le Smith Camber

 

 

Le smith Compass

Lorsque Smith Optics a officialisé le lancement d’un casque de VTT, tout le monde savait à quoi s’en tenir. Smith, l’un des leaders du secteur des casques de ski ne pouvait pas décevoir. Un an après, nous avons mis la main sur le Smith Forefront et l’avons confronté au terrain.

Visuellement, le Smith Forefront s’inscrit dans la continuité de la gamme de casques de ski. Le look est très fluide et les ventilations sautent aux yeux immédiatement.

Niveau confort, pas de doute, c’est bien un Smith. Le casque se positionne bien sur le crâne et ne bouge pas, même dans les descentes bien engagées. Il faut dire que Smith a intégré une molette de réglage de la taille performante qui ajuste le casque au millimètre près.

Niveau protection, le Smith Forefront se situe dans la moyenne des casques All Mountain avec une protection arrière assez basse mais qui ne gêne pas les mouvements.

Côté équipement, Smith à mis le paquet avec une visière dont l’angle est réglable, une patte de fixation pour les caméras GoPro (système de fixation venu séparément), une doublure intérieure en tissu anti bactérien X-Static, un système de maintien pour un bandeau de masque et une molette de réglage de la taille.

Une protection inédite

Mais ce n’est pas son look ni son équipement qui ont valu au Smith Forefront 5 récompenses en 2013, mais bien sa protection Aerocore© que l’on retrouve également sur le casque de ski Vantage.
L’Aerocore est une structure en nid d’abeille composée de tubes de co-polymeres soudés les uns aux autres. Cette structure développée par Koroyd absorbe 30% de chocs en plus et possède comme avantage d’être creuse ce qui favorise la ventilation.

Le Smith Forefront est composée d’un squelette de type In-Mold (le plastique et le polystyrène sont fusionnés) complété par 4 plaques d’Aerocore (en vert sur les photos).

Le test en condition

Dès les premiers instants, le confort Made in Smith se fait ressentir. Le casque trouve immédiatement sa place et enveloppe le crâne sans créer de pressions. Une fois la taille et les sangles ajustées, le casque ne bouge plus du tout.

En montée, les centaines d’entrées d’air crées par l’Aerocore permettent ne pas trop ressentir la chaleur. L’air chaud s’évacue rapidement pour laisser place à de l’air frais entrant par l’avant du casque.

Dès que l’on prend de la vitesse en revanche, c’est une autre histoire. La ventilation est diabolique. L’air frais entre dans le casques par les différentes aérations ainsi que les trous de l’Aerocore et  chasse l’air chaud qui est évacué par l’arrière du casque.

Comme l’on pouvait s’y attendre avec Smith (l’inventeur de l’Ultimate Integration – intégration parfaite entre le casque et les lunettes/masque), le Smith Forefront est très agréable à porter avec un masque ou des lunettes. Grâce à l’espace laissé au dessus des yeux, les plus gros masques du marché pourront trouver leur place.

Quant aux lunettes, nous n’avons eu aucun prblème de confort avec nos Julbo Stunt.

Avec le Forefront, Smith a décidé de rentrer par la grande porte dans le milieu des casques de VTT. Confortable, léger, très bien ventilé et plutôt réussi esthétiquement, il séduira de nombreux cyclistes exigeants…et fortunés. Effectivement, le seul point faible de ce casque est son prix : 220 euros. Il se positionne ainsi comme l’un des casques de VTT les plus chers du marché.

0 1609

Avec les vacances de Février qui approchent et le récent accident de Michaël Schumacher, de plus en plus de skieurs se tournent vers le casque de ski. Mais face à une offre pléthorique de la part des fabricants, il est parfois compliqué de s’y retrouver.

Pourquoi porter un casque de ski?

Bien souvent, les skieurs expérimentés estiment ne pas avoir besoin de porter un casque, leur niveau étant bien suffisant pour ne pas chuter. Certes, un skieur aguerri risque de tomber de lui même (en faisant une faute de carre par exemple) beaucoup moins qu’un débutant, mais ce type de chute n’est pas la seule chose contre laquelle le casque de ski protège. En effet, une collision avec un skieur aval (qui vient donc du haut de la piste), lors d’une perte de contrôle de celui-ci arrive bien plus souvent. La faute est ici imputable au matériel de ski qui évolue de telle manière qu’il est aujourd’hui beaucoup plus facile de prendre de la vitesse, même sur une piste en mauvais état. Malheureusement, un skieur, même bon, peut rapidement perdre le contrôle de ses skis. Une bosse, une plaque de verglas ou un enfant qui surgit sur le côté sont autant de facteurs déclenchant d’une perte de contrôle.

En cas de chute ou de collision, le casque de ski va jouer deux rôles :

  • · Protéger la tête des impacts perforants causés par les pierres, la glace, les skis ou tout autre élément dur se situant près de la zone de chute.
  • · Absorber l’énergie liée à la chute.

C’est surtout ce second aspect qui est important car plus le casque absorbe d’énergie, moins le cerveau risque de bouger dans la boîte crânienne. Or, c’est le choc entre le cerveau et la boîte crânienne qui est à l’origine des traumatismes crâniens.

La question du confort :

Le confort est le point le plus souvent abordé par les détracteurs du casque. Il faut leur concéder que par le passé les casques de ski étaient le plus souvent mal ventilés, lourd et très inconfortable. Afin de répondre aux attentes de ces clients, les fabricants de casque n’ont cessé de faire évoluer leur produit. Grâce à de nouveaux procédés de fabrication, les casques sont aujourd’hui très léger (autour de 500g pour la plupart des modèles) et bien ventilés. Certains modèles vous offrent même la possibilité d’ouvrir et de fermer les ventilations de manière à contrôler la température dans le casque.
La plupart des marques proposent également des casques de ski équipés de molettes de réglage de la taille. En agissant sur celle-ci, vous ferez varier le diamètre interne du casque afin de l’adapter parfaitement à votre tour de tête. En plus de mieux vous maintenir le crâne, le casque sera beaucoup plus confortable. Le système Custom Air qui équipe plusieurs modèles de chez Salomon qui utilise un coussin d’air gonflable se démarque des autres systèmes de réglage de la taille par son confort extraordinaire.

Enfin, la majorité des casques modernes sont équipés d’une doublure intérieure très douce. Les modèles féminins sont même parfois pourvus d’une doublure en velours épais très chaud et agréable. Mais rassurez-vous, ces doublures sont pour la plupart amovibles et lavables.

 

Les différents types de casque :

En vous rendant sur www.metstoncasque.com, vous pourrez constater qu’il existe de nombreux types de casques de ski. Ces catégories sont déterminées par le programme pour lequel le ski est conçu à la base.

Contrairement aux idées reçues, sachez qu’un casque de ski premier prix ne vous protègera pas moins bien qu’un casque à 200€. Pour être vendus en France, les casques de ski doivent répondre à une norme CE distribuée uniquement aux modèles offrant une protection suffisante. La différence de prix entre deux casques s’explique le plus souvent par la qualité de la finition et les différents équipements de confort.
Les casques « standards » sont pour la plupart équipés d’oreillettes rigides, légèrement moins confortables mais plus rassurantes.
Les casques « freeride » sont à la base conçus pour les pratiques hors piste. Ils combinent généralement une conception légère, une excellente ventilation, un système de réglage de la taille et parfois une petite visière sur l’avant. En plus de retenir le masque en cas de chute, cette dernière évite également l’accumulation de neige sur le haut du masque, élément à l’origine de la buée dans 90% des cas.
Ce type de casque est le plus recommandé pour un skieur cherchant un casque performant sur tous les terrains, par tous les temps.

Les casques Freestyle sont les plus adaptés aux amateurs de figure dans les snow parks. Très robustes, ces casques sont en revanche plus lourds et moins bien ventilés. Par ailleurs, ils sont pour la plupart dénués de système de réglage de la taille. Très tendance, ces casques séduisent surtout un public jeune. Certains de ces casques sont même équipés d’écouteurs qui peuvent diffuser de la musique d’un smartphone ou d’un baladeur MP3.

Les casques à visière intégrée intègrent comme leur nom l’indique une visière de protection. Ce type de casque est très apprécié des porteurs de lunettes de vue qui peuvent ainsi skier en gardant leur lunette tout en profitant du confort d’un masque de ski. A l’instar des casques de pompier, la visière est escamotable pour que vous puissiez vous adapter aux conditions météo.

 

Quelques règles à respecter :

Que vous souhaitiez acheter votre premier casque ou qu’il s’agisse d’un remplacement, plusieurs règles doivent être observées :

– Lors de l’achat, veillez à toujours prendre un casque le plus ajusté possible à votre tour de tête. Les mousses ayant tendance à se tasser avec le temps, votre casque risque de devenir trop grand et de moins bien vous protéger. Si votre tour de tête correspond à 58cm et que le casque que vous convoitez est disponible en 56-58 et en 58-60, choisissez le 56-58cm. Il restera ainsi ajusté même après plusieurs utilisations.

– Sachez qu’un casque ne vous protège plus du tout dès lors qu’il est tombé. Le polystyrène qui compose la coque se fend facilement et ne dispense alors plus aucune protection. Si vous chutez sur la tête avec votre casque de ski, n’hésitez pas à contacter un vendeur qui vous indiquera s’il est nécessaire de le changer ou non.

– Un casque de ski doit être renouvelé tous les trois ans, qu’il soit tombé ou non. Le polystyrène peut s’assécher et devenir friable avec le temps. Sa capacité à absorber l’énergie diminue et peut finir par ne plus vous protéger suffisamment.

– Une fois par an, nettoyez la doublure intérieure du casque avec une brosse souple et un peu de savon de Marseille.

Aucun skieur n’est à l’abri d’un chute, pas même un moniteur de ski. Les vacances d’hiver sont un privilège que les français ont de plus en plus de mal à s’offrir et il dommage de les voir gâcher par un bête accident. Une jambe cassée se soigne et ne laisse souvent aucune séquelle tandis qu’un traumatisme crânien peut engendrer pertes de mémoire, migraines, troubles de la vision ou de l’équilibre.

 

Avec un look qui semble sorti d’une caserne de pompiers, les casques à visière rencontrent de plus en plus de succès. Confort inégalé et surtout compatibilité avec les lunettes de vue, ces casques ont vraiment tout pour séduire. Reste à savoir lequel choisir…

Bollé Slide Visor :
Premier casque à visière abordable, le Bollé Slide Visor reste l’une des références en la matière. Le confort du casque, associé à une superbe visière miroitée, est la clé de sa réussite. Le Slide Visor version 2014 se voit doté d’une nouvelle ventilation modulable qui régule la température dans le casque. Une version du Bollé Slide Visor propose une visière photochromique Bollé Modulator, semblable à celle montée sur les masques Bollé.
Il ne manque au Slide Visor qu’une mousse de contour sur le bas de l’écran pour être vraiment indétrônable.

Prix : 159€ (189€ avec visière photochromique)

 

Bollé Osmoz :

Nouveauté pour l’hiver 2013 -2014, le casque de ski Bollé Osmoz est un casque à visière novateur. En effet, au lieu de proposer une simple visière, Bollé a équipé l’Osmoz d’un masque de ski à part entière, qui est fixé sur les côtés du casque. L’adaptation entre le casque et le masque est optimisée de manière à limiter la pression sur le visage et à bloquer les courants d’air qui pourraient atteindre les yeux.

Il est en outre équipé d’une ventilation réglable et d’un tour de tête ajustable pour encore plus de confort. Certainement l’un des meilleurs produits sur le marché.

Prix : 199€

 

Diezz Louna Visière :

Le casque à visière Diezz Louna Visière est la très bonne surprise de la saison 2012 -2013. Très bien fini et hyper bien équipé, il rivalise avec les casques vendues 2 fois son prix. Au menu : ventilation réglable, tour de tête ajustable et visière miroitée, le tout pour 159€.
Qui plus est, le Diezz Louna Visière est équipé d’une mousse de contour située sur la partie inférieure de la visière. Ainsi, même à haute vitesse, seul un très léger filet d’air atteindra les yeux, contrairement au Bollé Slide Visor.

Prix : 159€

 

Uvex HLMT 300 Visor :

Uvex a également son casque à visière : le HLMT 300 Visor. Le constructeur Allemand propose ainsi aux afficionados de la marque un produit dans l’air du temps, très confortable et surtout extrêmement abouti sur le plan technique. Ici, point de fioritures esthétiques mais place au confort et à la technique. L’Uvex HLMT 300 Visor est équipé d’une visière double épaisseur afin de limiter au maximum la formation de buée. mais pas de mousse de contour pourtant si agréable pour éviter les courants d’air au niveau des yeux. En revanche Uvex a eu l’intelligence d’ajouter une lèvre en caoutchouc pour éviter toute blessure en cas de chute.

Enfin, fidèle à sa réputation Uvex a équipé le HLMT 300 Visor d’une molette de réglage de la taille, d’une ventilation réglable et d’une doublure amovible et lavable.

Prix : 199€

 

Dainese V Jet Touch :

Avec le V-Jet Touch, Dainese cherche à transférer son savoir-faire d’équipementier motards, au monde du ski. Le pari est plutôt réussi avec ce casque à la ligne très dynamique et à l’excellent confort. Très simple dans sa construction, ce casque n’embarque ni ventilation réglable ni mousse de contour sur l’écran. Par contre, une fois sur votre tête, le confort est tel que vous ferez fi de ces petits oublis.

Le Dainese V Jet Touch est livré avec une visière de catégorie 4, idéale pour les personnes aux yeux fragiles.

Prix : 169€

 

Tous les freetsylers vous diront que la chute est hélas le prix à payer pour progresser. De leur côté, les fabriquants de casques vous affirmeront qu’un casque qui a chuté est à casque bon à jeter. Eh bien avec le nouveau casque de ski Giro Combyn, cette information n’est plus valable.

Le Giro Combyn appartient à une nouvelle catégorie de casques appelés Soft Shell, des casques souples qui se déforment légèrement sous l’impact. Pour rendre cela possible, Giro à développé une nouvelle matière qui possède les mêmes capacités d’absorption que le polystyrène tout en restant souple comme de la mousse et qui porte le nom de Vinyl Nitrile. Sur le Giro Combyn, deux densités de Vinyl nitrile sont superposées afin de garantir une protection optimale contre tous les chocs, qu’ils soient de faible ou de fort intensité.

Pour offrir un maximum de souplesse au casque, le Vinyl Nitrile est collé sur une coque en ABS souple nouvelle génération. Ce nouveau plastique garantit la même protection que celui utilisé jusqu’à aujourd’hui, la souplesse et la mémoire de forme den plus (le casque reprend toujours sa forme initiale).

En plus de sa résistance à toute épreuve, cette combinaison de matériaux permet au casque de s’adapter à la forme de votre tête, comme le ferait un bonnet. Fini les casques qui compriment l’avant et l’arrière du crâne en laissant un jour de plusieurs millimètres sur les côtés.

Le Giro Combyn est un vrai casque de freestyle, ne vous attendez donc pas à trouver une molette de réglage de la taille ou une ventilation réglable. En revanche, vous apprécierez son profil très bas et son excellente compatibilité avec les masques de ski.

Vous êtes encore dubitatifs ? Rassurez vous, le casque de ski Giro Combyn passe haut la main tous les tests de certifications européens. Il est d’ailleurs le seul à pouvoir tous les passer sans qu’il soit nécessaire de changer de casque entre chaque test…

 

De nos jours, tous les casques de ski haut de gamme proposent un système de réglage de la taille du casque. Pour la plupart des marques, il s’agit d’une molette qui agit sur le diamètre interne du casque via toute une tringlerie. Mais depuis maintenant deux saisons, Salomon propose le système Custom Air (disponible sur les modèles ProphetRangerHacker et Phantom).

Conçu et fabriqué par Docmeter, ce système utilise un coussin d’air qui s’étend de l’arrière du crâne jusqu’au rocher (derrière les oreilles). Une petite pompe manuelle et un bouton de purge sont installés à l’arrière du casque afin de faire varier la pression dans le coussin et donc la taille du casque.
Contrairement aux autres systèmes, le Salomon Custom Air propose une répartition parfaite de la pression sur le crâne ce qui améliore le confort et le maintien du casque sur la tête.

Ce système procure tellement de confort et de maintien que beaucoup de marques feraient bien de s ‘en inspirer !