Masques de ski : le point sur les écrans

Masques de ski : le point sur les écrans

Catégories, traitements flashs, anti buée, les écrans de masque deviennent de plus en plus complexes. Mais il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans cette masse d’information.

Le point sur les catégories

Les catégories optiques permettent de déterminer la capacité d’un écran à bloquer la lumière.
Allant de 0 à 4, les catégories sont calculées en plaçant un faisceau lumineux sur la face externe de l’écran dont la puissance correspond à une intensité lumineuse de 100%. On place ensuite un capteur sur la face interne de l’écran de manière à mesurer l’intensité lumineuse. La différence entre l’intensité faisceau nu (100%) et l’intensité de la lumière après l’écran détermine ensuite la catégorie.

Les écrans jaunes sont très performants par mauvais temps.
Les écrans jaunes sont très performants par mauvais temps.

Un écran de catégorie 0 ne filtre aucune lumière contrairement à un écran de catégorie 4 qui en filtre plus de 90%.

Mesurer la catégorie d’un écran permet avant tout de déterminer l’usage que l’on en aura par la suite. En effet, un écran de catégorie 3 ou 4, donc capable de filtrer une importante quantité de lumière, sera destiné à être utilisé par beau temps. A contrario, un écran de catégorie 1 sera recommandé pour le mauvais temps ou le brouillard.

 

Les teintes de base

julbo-bang-anis-bleu-j72312162
La teinte de base brune est très appréciée pour sa capacité à reposer les yeux et à filtrer efficacement la lumière.

En optique, la teinte de base est la couleur perçue lorsque l’on regarde à travers le verre. Au delà de son aspect esthétique, la teinte de base permet de filtrer plus ou moins certaines couleurs du spectre de lumière ce qui a pour effet de modifier l’image perçue par le porteur. Les teintes de base sont très nombreuses, surtout qu’elles sont souvent associées aux traitements miroités pour créer des combinaisons uniques, mais seulement 5 sont très répandues : le gris, le brun, le jaune, l’orange et le rose. Chacune de ces couleurs possèdes des caractéristiques qui lui sont propres.

  • Le gris est une teinte neutre, c’est à dire qu’elle filtre de manière identique toutes les couleurs du spectre de lumière. Les couleurs semblent ainsi plus naturelles, et une fois vos yeux habitués à la pénombre, vous n’aurez pas l’impression de porter un masque.
  • Le brun améliore les contrastes et génère une lumière douce ayant un effet reposant sur les yeux. C’est d’ailleurs pourquoi le brun est majoritairement utilisé pour les lunettes et les masques de haute montagne.
  • L’orange et le rose sont principalement utilisés pour les écrans clairs (catégories 1 et 2) car leur pouvoir filtrant est assez faible. En revanche, ces teintes augmentent nettement les contrastes et améliorent la perception des contours. En d’autres termes, ces écrans permettent de mieux discerner les obstacles et le relief lorsque vous êtes sur les pistes.
  • Le jaune n’est utilisé que pour les écrans destinés au mauvais temps. Très claire, cette teinte permet d’illuminer l’image, augmentant ainsi la luminosité perçue.

 

Les traitements

Les deux traitements les plus répandus sont le traitement anti buée et le traitement miroité. Appliqué sur la surface interne de l’écran, le traitement anti buée permet de freiner la formation de buée dans l’écran. Attention, ce traitement est fragile et peut être endommagé en nettoyant l’intérieur de l’écran avec un chiffon humide.

Le traitement miroité, appliqué sur la surface externe de l’écran est avant tout esthétique. Il permet en effet de cacher les yeux derrière un écran particulièrement brillant, réfléchissant la plupart des rayons du soleil. Mais sa capacité à réfléchir la lumière permet aussi de diminuer la fatigue oculaire et de limiter le risque d’éblouissement.

 

La conception

oakley-flight-deck-1975-lime-gunmetal-59-705
Un écran sphérique est plus « beau » visuellement mais aussi beaucoup plus cher

Deux formes d’écran sont utilisées pour la conception des masques de ski : les écrans cylindriques et les écrans sphériques. Les premiers ne sont courbés que dans un seul axe : l’axe horizontal. L’écran est alors constitué d’une feuille de plastique qui est recourbée à chaud pour lui donner sa forme définitive. Cette méthode de construction est la moins coûteuse et permet ainsi des prix de vente plus faibles.
Les écrans sphériques sont courbés sur le plan vertical et horizontal. Ils offrent ainsi un champ de vision plus large et panoramique. En revanche, leur fabrication est plus complexe car elle nécessite de découper un écran dans une sphère de polycarbonate.

 

Double écran

La formation de la buée est le résultat de la rencontre entre l’air chaud et humide contenu dans le masque et l’air froid de l’extérieur. L’humidité contenue dans l’air chaud se transforme en eau au contact de la surface froide de l’écran créant la buée. Pour amoindrir ce choc thermique, l’on appose souvent une deuxième couche de plastique sur la surface interne de l’écran. Comme un double vitrage, cette seconde couche est séparée de la couche externe par de l’air. La surface interne de l’écran est alors moins froide et le risque de buée moins élevé.

Articles similaires

1 commentaire

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.