Tags Articles avec les TAGS "masque de ski"

masque de ski

0 1277

smith i:o reconSmith I/O Recon

Il doit son originalité à son système connecté Recon qui dispense de nombreuses informations (tracé GPS, vitesse, hauteur et longueur des sauts, lire notre article sur Recon pour plus de détails). Le Smith I/O Recon se distingue aussi pas son prix exclusif : 709€

electric-eg3-gloss-black-eg1214000yblcElectric EG3

Il aura fallu pratiquement 4 saisons à Electric pour sortir un masque oversize à monture invisible (frameless) : l’Electric EG3. Mais le résultat vaut vraiment le coup d’avoir attendu aussi longtemps.

Welcome_J73673144FS_3071_2Julbo Welcome

Le Julbo Welcome est une version signature Enak Gavaggio et Sam Favret du modèle Julbo Universe. Look déjanté, accessoires sur le strap et un superbe écran Julbo Snow Tiger sont au programme.

 

smith-i-o-7-neon-baron-von-fancy-m006670fv99c1Smith I/O7

Le I/O avait révolutionné le monde du masque de ski au moment de sa sortie. Son descendant le Smith I/O7 réutilise la formule en l’associant cette fois ci à une monture au look beaucoup plus moderne, quasi futuriste.

anon-m1-stryper-10772101044Anon M1

Un système de changement rapide de l’écran basé sur le magnétisme, c’est le pari fait par Anon sur le M1. Et après plusieurs saisons de commercialisation, toujours aucun reproche à faire à ce système.

scott-lcg-rozg-2313663968247Scott LCG

Avec son large écran amovible et sa monture minimaliste, le Scott LCG a de sérieux atouts pour séduire. Sans parler de ses coloris, qui pour la saison 2014 – 2015 ont fait partie des plus originaux, d’où sa place dans ce classement.

dragon-d2-beardfest-dap-dr7224314Dragon D2 Beardfest

Avec son strap orné de dessins de barbus, le Dragon D2 Beardfest joue la carte de l’originalité. Heureusement, car le reste de la collection est un peu en retrait cette saison.

oakley-flight-deck-1975-lime-gunmetal-59-705Oakley Flight Deck

L’Oakley Flight Deck est le masque de tous les extrêmes. Large, haut, coloré et bien entendu très confortable, ce masque est sans conteste l’un des plus originaux de ce classement.

giro_GG_Blok_NavyBlueWoodgrain_AGGiro Blok

Giro ne nous avait pas habitué à tel parti pris sur le design d’un produit. Le Giro Blok fait revivre les vieux masques de ski des années 80 mais avec tout le confort de la modernité. Un bijou pour les amateurs de design 80s.

poc-lid-4POC Lid

Le masque le plus original de la saison est donc le POC Lid. POC a encore une fois laissé carte blanche à ses designers pour produire un masque qui ne ressemble à aucun autre produit disponible sur le marché. Certains aimeront, d’autres détesteront, mais tous les cas, on se retourne à chaque fois que l’on croise ce masque.

0 1401

GPS, caméra, nos masques de ski deviennent de véritables smartphones. Regardons de plus près ce que ces masques de ski nouvelle génération ont à offrir.

Recon, l’inventeur du masque connecté

reconC’est grâce au système Recon que les premiers masques connectés ont pu voir le jour. Ce module d’environ 60 grammes, doté d’un écran, dispense de nombreuses informations comme le tracé GPS des pistes de ski, la hauteur et la distance des sauts, la vitesse, l’altitude ou le dénivelé parcouru. Logé dans le coin inférieur droit du masque, l’écran dont la diagonale est inférieure à 2cm est conçu pour offrir un affichage similaire à un écran de 14’’. recon-display-example
Le Recon ne se limite pas à ses fonctions natives, puisqu’une fois connecté en bluetooth à votre Smartphone, il servira d’écran déporté pour lire vos SMS, voir le nom de ceux qui vous appellent et même gérer votre musique.

recon-remotePour contrôler tout cela, vous aurez le choix entre les boutons situés sur le module lui même et une télécommande bluetooth que vous pourrez porter au poignet.
Pour finir, certaines caméras comme la Garmin Virb est compatible avec Recon, ce qui permet de la contrôler avec la télécommande du Recon et smith i:o reconde voir en temps réel ce que vous filmez.

Le Recon est aujourd’hui disponible sur plusieurs masques dont le Smith I/O Recon, le Oakley Airwave et l’Uvex G.GL9.

 

Caméra embarquée

zeal base hd cameraLes GoPro est autres caméras sportives sont devenues omniprésentes sur les pistes. Cependant, elles doivent souvent être fixées sur les casques et engendrent une augmentation de l’inertie de ce dernier. Mais si vous ne portez pas de casque, il devient alors plus compliqué de porter votre caméra sur la tête. C’est pourquoi Zeal propose un masque de ski avec une caméra intégrée : le Zeal Base HD camera. La caméra HD (1080/ 720p) est fixée au dessus de l’écran, entre les deux yeux. Outre l’encombrement réduit de ce système, vous aurez l’assurance de filmer ce que vous regardez, contrairement aux caméras externes qui nécessitent souvent plusieurs coups d’essai avant de trouver la bonne inclinaison.

Si vous êtes un geek, ou un amateur de matériel innovant, vous avez toutes les raisons de vous laisser tenter par l’un de ces masques de ski. Malgré leur prix souvent élevé, ces produits rencontrent un succès commercial important, signe de l’intérêt des skieurs pour ce genre de technologies. Avec les skis intelligents, les gants permettant de contrôler les baladeurs MP3 et les masques de ski connectés, l’on peut dire que les pistes de ski sont en train de devenir un véritable terrain de jeu pour les inventeurs de gadgets technologiques.

0 810

Si vous êtes un habitué de notre site, vous savez que l’on est particulièrement sensible au beau matériel. Pour autant, cela ne signifie pas que nous n’apprécions que le matériel hors de prix. Profitons de l’occasion pour découvrir quel masque de ski il est possible de s’offrir avec un budget inférieur à 60€.

Le prix minimum ?

cebe-eco-men-black-1510d772l
Le Cébé Eco, l’un des meilleurs rapport qualité prix du marché.

Aujourd’hui, il est possible de trouver des masques à partir de 15€ en grande surface spécialisée. Cependant, nous avons décidé de ne pas inclure ces produits dans notre analyse, ces derniers n’ayant aucune des options indispensables pour apprécier son masque de ski. En regardant l’offre des différentes marques du marché, l’on remarque que les masques de ski sont généralement disponibles à partir de 39€. Pour cette somme, vous aurez un masque à double écran cylindrique, doté d’une mousse de contour simple ou double épaisseur et d’une ventilation efficace. De quoi skier dans de bonne conditions de confort et sans buée. En revanche, les masques d’entrée de gamme sont rarement équipés d’écrans très performants. Un écran jaune ou orange de catégorie 1 ou 2 est souvent la seule chose proposée à ce niveau de prix. Toutefois, si vous skiez occasionnellement, ou si vous ne portez votre masque que par mauvais temps ou temps couvert, ces masques seront tout à fait adaptés.

Et pour un masque plus fun ?

En changeant de logo, Electric a du brader son ancienne collection dont ce magnifique V-Colab
En changeant de logo, Electric a du brader son ancienne collection dont ce magnifique V-Colab

Si vous êtes plus attiré par un masque coloré, avec un écran adapté au beau temps, il faudra gonfler quelque peu votre budget. Un budget compris entrez 50 et 60 euros vous ouvrira les portes de ce look plus fun et des écrans polyvalents. Electric, Dragon et Spy proposent des masques très intéressants dans cette gamme de prix. Vous aurez pour ce prix une ventilation très efficace, de nombreux éléments de confort (strap de maintien à double boucle, mousse de contour double ou triple épaisseur, etc.) et toujours un double écran pour lutter contre la formation de la buée. En revanche, compte tenu de leurs prix de fabrication, les écrans sphériques ne seront toujours pas disponibles.

Les indications tarifaires présentées ici sont basées sur les prix public conseillés. Il est courant de trouver des modèles issus de collections précédentes à des prix parfois très intéressants. Par exemple, Electric dont le logo a été refondu l’année dernière a mis en déstockage l’ensemble de ses stocks restants. Une bonne occasion de trouver des masques de ski de très haute qualité à moins de 90€. Mais Electric n’est pas la seule marque à proposer des destockage de masques de ski : Cébé, Bollé, ou même Smith et Spy n’hésitent pas à brader leurs anciennes collections. Si vous ne vous souciez pas d’être à la pointe de la mode mais que vous êtes intransigeant sur la qualité, foncez !

Sur les pistes, faut-il porter un masque de ski ou des lunettes ? Nous avons répondu à cette question que vous êtes nombreux à poser.

Les lunettes de soleil

Les Vuarnet 113 équipées des verres Vuarnet Skilynx de catégorie 4. Une référence pour de nombreux skieurs
Les Vuarnet 113 équipées des verres Vuarnet Skilynx de catégorie 4. Une référence pour de nombreux skieurs

Pour certains, il n’est pas concevable de skier avec autre chose qu’une paire de lunettes de soleil. Look, confort, performances, les adeptes des lunettes de soleil ne tarissent pas d’éloges à leur sujet. Il faut avouer qu’elles ont certains atouts indéniables. A commencer par leur look, forcément moins radical que celui d’un masque de ski. Toutes les marques proposent en effet des lunettes de soleil adaptées à la pratique du ski sur lesquelles un effort esthétique est perceptible. Malgré tout, il faudra admettre que les lunettes de soleil avec lesquelles vous allez skier auront un look sportif. Dans un précédent article, nous mettions en évidence l’importance d’opter pour des lunettes galbées enveloppant le regard. Ces lunettes sont en effet les seules offrant un niveau de protection suffisant pour skier en toute sécurité. Oubliez donc vos Ray Ban ou Von Zipper au look urbain.

Les verres constituent un autre point fort des lunettes de soleil. Il en existe de toutes les couleurs, avec des indices de protection variés et des filtres particuliers (verres polarisés, photochromiques, etc.). Toutefois, si vous skiez par beau temps, optez pour des verres de catégorie 4 dans la mesure du possible. Le taux de filtration de la lumière étant plus élevé avec ces lunettes, vous serez à l’abri de la fatigue visuelle. Des verres de catégorie 3 foncés peuvent également suffire si vous n’êtes pas particulièrement sensibles des yeux ou que vous ne skiez pas à haute altitude.

Oui, mais les lunettes n’ont pas que des atouts. On en veut pour preuve la protection contre le vent et la neige. Les lunettes ne formant pas un joint étanche avec le visage, l’air s’engouffre derrière et les lunettes lorsque l’on prend de la vitesse. Généralement, il en résulte un inconfort mais aussi un larmoiement désagréable de l’œil causé par le froid. Un élément qui n’est pas grave, mais qu’il faut garder à l’esprit au moment de faire son choix.
Autre inconvénient, le manque de compatibilité avec les casques de ski. Le port de lunettes avec un casque laisse généralement le front exposé au froid. Les conséquences peuvent aller de la simple gêne aux maux de tête.

Les masques de ski

Si vous n’êtes pas amateur de lunettes de soleil, le masque de ski est alors l’alternative la plus proche (il est également possible d’opter pour un casque de ski à visière). Ces dernières années, les fabricants ont fourni de nombreux efforts pour améliorer le confort de leurs productions. Les vieux masques de ski disgracieux, généralement embués au bout de quelques minutes ont été remplacés par des produits au look beaucoup plus travaillé et au confort digne des meilleures lunettes de soleil.
Bien sûr, la pression exercée sur le masque demeure, mais c’est elle qui assure l’étanchéité à l’air.

Un masque de ski

Les masques de ski sont également devenus beaucoup plus performants dans la lutte contre la buée. La généralisation des doubles écrans et des traitements anti buée y est pour beaucoup. Comme un double vitrage, le double écran diminue le choc thermique entre le froid extérieur et le chaud à l’intérieur du masque. Ainsi, l’écran situé à l’intérieur du masque reste à la même température que l’air emprisonné dans le masque, empêchant l’humidité de se transformer en eau (donc en buée).
La ventilation des masques de ski a elle aussi fait de nombreux progrès. Rappelons que la ventilation est à la base de la lutte contre la buée car elle permet d’évacuer l’air chaud et humide.
Enfin, il est inutile de rappeler que les masques de ski sont aujourd’hui tous compatibles avec les casques de ski. L’ensemble masque + casque de ski offre une ventilation aux performances incomparables.
Par ailleurs cette association permet une excellente protection du front contre le froid.

Vous l’aurez certainement compris, le choix entre masque de ski et de lunettes de soleil repose essentiellement sur vos préférences. Toutefois, en fonction de votre approche du ski, ce choix peut varier. Adeptes de vitesse et de poudreuse, un masque sera certainement plus adapté. Sa protection étanche contre le froid, le vent et la neige vous garantira un niveau de confort supérieur. En revanche, si vous aimez vous balader à vitesse modérée en profitant des paysages, les lunettes de soleil seront adaptées.

Malgré des progrès permanents, concilier sports d’hiver et problèmes de vue n’est pas chose aisée. Et si vous voulez essayer autre chose que les lunettes de soleil, des solutions existent.

Les masques de ski OTG

La solution la plus simple et la moins chère pour conserver ses lunettes de vue sur les pistes est d’opter pour un masque de ski pour porteurs de lunettes. Appelés OTG (pour Over The Glasses, par dessus les lunettes), ces masques de ski peuvent être portés par dessus une paire de lunettes de vue. Depuis plusieurs années, les marques redoublent d’efforts pour offrir des produits au look et au confort proche des masques standards. Masque OTG ne rime plus aujourd’hui avec énorme monture et look cubique peu réussi.
Toutefois, il faut garder à l’esprit que les masques pour porteurs de lunettes seront automatiquement plus volumineux. Il faut en effet pouvoir loger la monture tout en laissant un espace suffisant autour des lunettes pour permettre la circulation de l’air.

masques-otg-2Toute personnes qui a déjà essayé de porter un masque standard avec des lunettes de vue s’est retrouvée confrontée au problème des branches. Leur épaisseur empêche généralement le masque d’être plaqué contre le visage. Pour remédier à cela, les masques OTG sont équipés d’une découpe au niveau de la zone de contact avec les branches. Le plastique et la mousse de contour sont découpés pour créer un dégagement permettant le passage des branches. Ainsi, le masque est parfaitement plaqué au visage, sauf bien entendu au niveau des branches.

Les clips optiques

clip-optique-saliceLa seconde solution envisageable, si vous souhaitez porter un masque de ski tout en conservant vos lunettes, est la mise en place d’un clip optique. Ce dispositif amovible permet d’installer des verres correcteurs dans le masque. Son principal inconvénient : il faut l’équiper avec des verres qu’un opticien devra tailler pour les installer.
En revanche, le faible encombrement de ce dispositif permet de l’installer dans la plupart des masques du marché. De plus, ce dispositif ne change absolument pas le confort du masque, contrairement à une paire de lunettes dans un masque OTG.

Le problème récurrent de la ventilation

Malgré leurs performances sans cesse en évolution, les masques OTG comme les clips optiques ont comme principal défaut d’être sujet à la buée. L’air chaud et humide généré par le visage reste emprisonné dans le masque et finit par se condenser sur la surface froide des verres. Lunettes et clips optiques deviennent alors opaques au bout de quelques secondes à l’arrêt.

Malheureusement, il n’existe aucune solution miracle, si ce n’est d’essayer de limiter les dégâts en ne mettant le masque sur les yeux que lorsque vous êtes en mouvement. Par contre, cette solution qui n’est possible qu’avec un masque OTG, expose vos yeux à la luminosité.Smith-turbo-fan
Autre solution, choisir un masque avec une ventilation très performante comme les Smith équipés de la ventilation Turbo Fan. Cette ventilation disponible sur les modèles I/OX et Prophecy utilise un ventilateur situé sur le haut du masque pour aspirer l’air chaud situé dans le masque. Fonctionnant comme une hotte aspirante, ce dispositif force la circulation de l’air dans le masque, même à l’arrêt. Le moteur est alimenté par des piles logées dans un boîtier installé sur le strap du masque. A l’heure actuelle, il s’agit du système de ventilation le plus efficace disponible sur le marché.

 

Si vous êtes de ceux qui ne peuvent porter des lentilles de contact, les masques OTG et les clips optiques sont les deux seules solutions pour porter un masque de ski tout en conservant des lunettes. Loin d’être parfaits, ces deux systèmes permettent toutefois de pratiquer le ski en profitant du confort d’un masque de ski tout en gardant une bonne visibilité. Peut-être un jour aurons-nous la chance de trouver des écrans équipés d’un dispositif de correction de la vue ? Mais cela ne semble pas être d’actualité.

D’abord réservés aux lunettes de soleil, les filtres polarisants deviennent courants sur les masques de ski. Mais quel est leur rôle ? Qu’apportent les masques de ski polarisés aux skieurs ?

 

Qu’est-ce qu’un filtre polarisant ?

zeal-eclipse-white-10795Un filtre polarisant bloque la lumière indirecte issue de la réflexion sur une surface brillante. Pour bien comprendre son fonctionnement, il suffit de regarder un plan d’eau sur lequel frappe le soleil. Le plan d’eau apparaît sous la forme d un halo lumineux éblouissant. L’ajout d’un filtre polarisant bloquera les rayons éblouissant provenant du plan d’eau et permettra de voir le fond du plan d’eau.

Il est également possible de voir les bénéfices d’un filtre polarisant sur le pare brise d’une voiture. Lorsque la lumière est forte, le tableau de bord se reflète dans ce dernier, à moins que vous ne soyez équipé d’un filtre polarisant.
Généralement, le filtre polarisant est invisible à l’œil nu. Ainsi, lorsque vous portez des verres ou un écran qui en est équipé, les couleurs ainsi que la luminosité restent inchangées par rapport à un écran standard. Toutefois, les filtres polarisant sont connus pour augmenter les contrastes.
Pour intégrer les filtres aux écrans et leur conférer un maximum de longévité, les fabricants l’insèrent entre deux couches de plastique.

Voici le résultat d’une scène photographiée avec un filtre polarisant puis sans :

Les bénéfices sur la neige

Dans un environnement neigeux, les écrans polarisés vont adoucir l’image, limitant les risques 10748041_1495542394028398_1255424847_nd’éblouissement. Comme le verre ou l’eau, la neige reflète la lumière du soleil ce qui des zones de très forte luminosité sur les pistes.

Mais c’est surtout la capacité des écrans polarisés à augmenter les contrastes qui sera la plus appréciable. Les reliefs deviendront beaucoup plus nets et la perception de la profondeur de champ sera meilleure. En somme, il sera beaucoup plus facile de distinguer les bosses, les cassures, mais aussi les distances et la glace, y compris lorsque la luminosité sera faible.

En revanche, contrairement aux idées reçues, les écrans polarisés n’améliorent pas la visibilité par mauvais temps. Ils sont en effet souvent foncés et donc destinés à un usage par beau temps.

 

 

0 6224

Désagréable et dangereuse, la pratique du ski avec une faible visibilité est hélas une réalité à laquelle tous les skieurs sont un jour confrontés. Bien qu’on ne puisse agir sur la météo, un écran de masque dédié au mauvais temps peut améliorer les conditions de ski.

Soyons franc, un masque pour le mauvais temps, aussi performant puisse-t-il être ne permet pas de skier dans le brouillard avec une visibilité similaire à celle d’une journée ensoleillée. Les écrans peuvent uniquement, grâce à des filtres de couleur, améliorer la perception des contrastes afin d’améliorer la visibilité, des reliefs notamment.

Les couleurs, l’atout visibilité

oakley-splice-polished-white-57-249Pour être performant par mauvais temps, un écran de masque de ski doit réunir deux conditions : être le plus clair possible (catégorie 1 ou 0) et surtout posséder une teinte de base permettant d’améliorer les contrastes et la luminosité. La teinte de base est la couleur perçue lorsque l’on regarde à travers l’écran. Elles n’ont donc aucun rapport avec les traitements miroités qui équipent certains masques.

Pour le mauvais temps, le jaune, l’orange et le rose sont les trois couleurs les plus communes. La première possède comme avantage d’augmenter la luminosité perçue par l’œil, permettant ainsi de faciliter la perception des reliefs. Dans la pratique, le jaune peut se révéler être un allié ou un ennemi. Il n’est pas rare en effet que cette teinte engendre des vertiges et des nausées, surtout par jour blanc (brouillard très dense et forte luminosité).
Les écrans orange sont eux aussi très appréciés pour le taux de contraste qu’ils procurent. Bien que généralement plus foncés que les écrans jaunes, ils améliorent les contrastes et facilitent ainsi la lecture du terrain. Les cassures, bosses et changement d’inclinaison des pistes sont plus visibles et l’anticipation devient possible malgré un épais brouillard.

Enfin, la couleur rose, tombée en désuétude depuis quelques années, offre quasiment les mêmes caractéristiques que l’orange.

 

Les meilleurs écrans du marché

giro-signal-black-icon-2034577Les Oakley Hi Yellow et Hi Persimmon font incontestablement partie des meilleurs écrans du marché pour le mauvais temps. Fruits de la combinaison d’une teinte de base jaune (HI Yellow) ou orange (Hi Persimmon) avec un léger miroir bleu, ces deux écrans font figure de référence pour le mauvais temps. Giro utilise le même principe, avec toutefois une teinte de base brun clair pour son écran Persimmon Boost.
Enfin, le Smith Red Sensor Mirror, avec sa teinte de base rose et son léger miroitage sur la face externe figure lui aussi dans la liste des meilleurs écrans pour le mauvais temps.

 

Ecrans photochromiques, polarisés, quels avantages ?

julbo-meteor-blanc-j72131114Les écrans photochromiques (dont la teinte change en fonction de la luminosité) possèdent les mêmes teintes de base que les écrans standards. Seulement, en devenant plus foncé en cas d’éclaircie, ils offrent une polyvalence que les écrans normaux n’ont pas. Des références comme le Julbo Zebra Light (cat 1 à 3) ou le Scott Light Sensitive Bronze sont tout à fait adaptées à une utilisation par temps de brouillard.
Enfin, les écrans équipés d’un filtre polarisant, connus pour améliorer les contrastes, ne sont pas particulièrement indiqués en cas de brouillard. En effet, les écrans polarisant sont conçus pour bloquer les rayons indirects du soleil (issus de la réflexion sur une surface brillante comme l’eau ou la glace). Lorsque le brouillard est dense, les rayons du soleil sont trop filtrés pour pouvoir devenir éblouissant. Le filtre polarisant devient alors quasiment inutile.

Quelque soit l’écran que vous choisirez, souvenez-vous qu’il ne vous permettra pas de skier dans des conditions de visibilité idéales. Maîtrisez donc votre vitesse et veillez à toujours rester sur les pistes. Le brouillard empêche de bien distinguer les barres rocheuses, corniches et autres crevasses. Surtout, il empêche d’évaluer les distances et les hauteurs. Une corniche en apparence facile à aborder peut s’avérer être beaucoup plus haute que prévue. Il y a suffisamment de belles journées dans une saison pour sortir des pistes…

9 modèles de casques de ski, 8 de masques, pour sa troisième saison, Marker affirme sa volonté de devenir un acteur important sur le marché des accessoires.

Capture d’écran 2015-01-05 à 15.39.55
Marker Phoenix Otis, le haut de gamme des casques Marker

Avant tout connue pour ses fixations de ski, la marque allemande Marker propose pour la troisième saison consécutive une gamme de masques et casques de ski. Comme Salomon et Rossignol avant elle, la marque allemande cherche à équiper le skieur de la tête aux pieds.

Avec leur ventilation efficace, leur poids contenu et leurs innovations, les modèles Phoenix OTIS et Ampire représentent le haut de gamme de la marque allemande. Mais leur look freeride n’étant pas au goût de tous, la gamme a été complétée avec des modèles plus consensuels : Consort, Kent et Clark. Sobres et élégants, ces modèles sont destinés aux skieurs ayant des pratiques plus douces.

Enfin, pour les amateurs de park et de figures tête en bas, Marker a développé deux modèles Hard Shell : Kojak et Kojo.

 

Capture d’écran 2015-01-05 à 16.00.35Pour les masques, Marker s’est concentré sur la création de produits pour tous les styles et surtout toutes les morphologies. Les gros volumes 3D+ OTIS, Big Picture+ et Big Picture conviendront parfaitement à tous les amateurs de masques gros volume. Les visages plus fins se tourneront vers les 16 :9, 16 :9+, Projector+ et Projector. Enfin Marker a pensé à inclure les visages fins et les enfants avec le 4 :3, version miniature du 16 :9.
Les modèles 3D+, Projector+ et 16 :9+ sont tous équipés d’un système de changement rapide de l’écran et sont par conséquent vendus avec deux écrans.

Marker représente un choix judicieux pour tous les skieurs en quête de produits originaux, bien finis et au look non consensuel. Grâce à des prix intéressants compte tenu de la technicité des produits, il y a de grandes chances que les casques et masques Marker se multiplient sur les pistes…et en dehors.

0 2972

En seulement 4 ans, les masques de ski à écrans interchangeables sont devenus incontournables. Une technologie sans cesse améliorée et un look s’affinant d’année permettent d’expliquer en partie le succès rencontré par ces masques d’abord réservés à l’élite et aux skieurs fortunés. 4 ans plus tard, la clientèle n’est plus la même.

Une monture, plusieurs écrans

Le Smith I/O7, l'un des masques à écran amovible les plus efficace
Le Smith I/O7, l’un des masques à écran amovible les plus efficace

Il est possible de changer d’écrans sur tous les masques de ski vendus sur le marché. Mais les modèles à écrans interchangeables sont conçus pour faciliter cette opération au maximum. L’objectif est de permettre au porteur du masque de choisir son écran en fonction des conditions météo.
Pour comprendre le fonctionnement de ce type de masques, il faut tout d’abord comprendre comment est assemblé un masque standard. Sur les masques de ski, l’écran est généralement inséré dans un sillon qui parcours toute la monture. L’écran est ainsi scellé ce qui le maintient et le rend imperméable à l’air et à l’eau. Dans le cas des masques à écrans interchangeables, les marques cherchent à plaquer l’écran contre la monture. L’écran est ainsi plus facile à enlever et remettre.

Un objectif, des dizaines de solutions

Le système Magna Tech d'Anon utilise des aimants pour maintenir l'écran en position
Le système Magna Tech d’Anon utilise des aimants pour maintenir l’écran en position

Chaque marque propose sa solution pour un changement rapide de l’écran. Parmi les plus innovants, on trouve Anon et son système d’aimants Magna Tech qui équipe le M1 et le M2. L’écran est ici maintenu sur la monture par des aimants répartis autour de la monture et de l’écran. Oakley propose également un système très fiable sur l’Airbrake : le Switchlock. Un loquet, quasi invisible, permet de verrouiller l’écran en position. Le plus gros atout de cette solution est qu’elle permet de conserver un look standard, alors que les autres solutions confèrent souvent un look « borderless » (masques sans monture).

Smith, le pionnier des écrans interchangeables, propose également un système de loquet sur son dernier né, le I/O7. Enfin, Electric propose un système de joint étanche inspiré par le système Ziplock (que l’on retrouve par exemple sur les sachets congélation) sur son nouveau EG3. L’écran est ainsi maintenu en place et l’étanchéité à l’air et à l’eau est parfaite.

Pour qui ?

PEAK_CBG3-D
Le Cébé Peak, l’un des masques à écrans interchangeables les plus abordables.

Compte tenu des prix élevés des débuts, causés par le coût de développement et le prix du second écran, les masques à écrans amovibles ont d’abord été destinés aux amateurs de beau matériel et aux skieurs réguliers. Aujourd’hui, l’on peut trouver des masques avec système de changement rapide de l’écran pour environ 100 euros. Le Cébé Peak, proposé à 109€, est équipé d’un système de changement rapide de l’écran et vendu avec deux écrans. Ce genre de produits permet à un plus grand nombre de skieurs de se tourner vers ces masques. Les modèles hauts de gamme comme les Oakley Airbrake et Flightdeck ou les Anon M2 sont eux plus chers, mais la technologie qu’ils embarquent est plus fiable et autorisera une utilisation intensive.

D’un point de vue technique, les skieurs réguliers restent la cible principale pour ce type de masques. En effet, quelqu’un skiant deux ou trois fois dans l’année, seulement par beau temps, ne trouverait pas d’intérêt à avoir un tel masque. En revanche, un skieur se rendant sur les pistes par tous les temps sera comblé de pouvoir choisir son écran en fonction de la météo, toujours en conservant le même masque. Mais qu’ils soient occasionnels ou réguliers, tous les skieurs s’accorderont à dire que les masques à écrans interchangeables sont de beaux produits, que l’on apprécie pour leur côté gadget autant que pour leurs performances. Sans compter les amateurs de customisation qui pourront laisser aller libre cours à leur imagination en créant des combinaisons montures/écrans jamais vues jusqu’alors.

0 1673

Vent, précipitations, froid et soleil, les agressions auxquelles les yeux sont soumis sur les pistes sont nombreuses. Déjà difficiles à vivre pour des yeux adultes, ces agressions sont encore plus néfastes pour les yeux des plus jeunes enfants. Heureusement, il existe une solution : le masque de ski pour enfant.

Premières descentes

Depuis quelques années, il est possible de trouver des masques de ski pour enfants adaptés aux tout petits. Le Cébé Jerry par exemple pourra être porté dès l’âge d’un an, afin de protéger les yeux du bébé lors de randonnées hivernales ou de descentes en luge.

Le Cébé Jerry, le masque adapté aux enfants à partir d'1 an
Le Cébé Jerry, le masque adapté aux enfants à partir d’1 an

Pour cette tranche d’âge, il ne faut pas s’attendre à trouver des produits très techniques, ventilés ou équipés d’un double écran. La priorité est ici de proposer un produit adapté à la taille du visage et surtout offrant une parfaite protection contre le soleil et les intempéries.

Pour les enfants à partir de 3 ans, l’offre est encore plus vaste. La plupart des grandes marques proposent des masques conçus pour cet âge. Ici, l’accent n’est plus mis sur la couleur de l’écran ni sa capacité à filtrer une importante quantité de lumière mais sur la filtration des rayons UV. Ce sont en effet ces derniers qui s’avèrent les plus nocifs en accélérant le vieillissement de l’œil. L’œil, comme l’oreille, possède un capital qu’il faut chercher à préserver au maximum car il est impossible de le reconstituer. Les UV sont connus pour entamer très fortement ce capital et accélérer par conséquent le vieillissement oculaire. Il en résulte des DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) ou des cataractes précoces. Pour un enfant de 3 à 6 ans, un écran de catégorie 1 ou 2 est largement suffisant pour lui protéger les yeux et permettre de skier en toutes conditions tout en conservant une bonne visibilité. Pour les jeunes skieurs appréciant le ski en plein soleil au mois de Mars, une paire de lunettes de soleil de catégorie 4 sera préférable.

6 ans et plus

Pour les enfants entre 6 et 12 ans, vous trouverez des masques de ski au look et à la technologie beaucoup plus proches de ce que l’on trouve chez les adultes. Les doubles écrans, la ventilation, le strap, les mousses de confort, tout est prévu pour offrir au jeune skieur ce qui se fait de mieux et lui permettre de découvrir sereinement les joies des sports d’hiver.

Julbo Atmo
Conçu pour les enfants de 4 à 8 ans, le Julbo Atmo à tout d’un masque pour adultes

A partir de 12 ans, vous pouvez commencer à regarder du côté des masques de ski pour adultes. De nombreuses marques proposent aujourd’hui des masques adaptés aux visages fins qui seront tout à fait adaptés aux visages d’enfants. Des références comme le Oakley O2 XS ou le Dragon DXS sont particulièrement appréciées pour leurs performances et leur faible volume. Qui plus est, ces modèles sont disponibles dans de nombreux coloris et tailles, ce qui facilitera le choix ou au contraire…le compliquera.